Des souris et des hommes

George et Lennie sont amis. Ils parcourent la Californie, travaillant comme journaliers et rêvant de pouvoir acquérir un jour une petite exploitation. Lennie est un esprit simple, entièrement dépendant de son ami. Il adore caresser les matières soyeuses, la peau des souris par exemple. Mais, ne sachant maîtriser son incroyable force, il finit toujours par les tuer.
L’histoire de Steinbeck finit mal, comme beaucoup d’histoires dans l’amérique impitoyable des années 1930. Mais les souris tuées par Lennie ne méritaient vraisemblablement pas de mourir, alors que celles qui s’amusent à pénétrer dans notre appart et courir dans notre cuisine le méritent mille fois, qu’est ce qui a changé depuis le roman de Steinbeck ?

Laisser un commentaire