Des souris et des hommes

George et Lennie sont amis. Ils parcourent la Californie, travaillant comme journaliers et rêvant de pouvoir acquérir un jour une petite exploitation. Lennie est un esprit simple, entièrement dépendant de son ami. Il adore caresser les matières soyeuses, la peau des souris par exemple. Mais, ne sachant maîtriser son incroyable force, il finit toujours par les tuer.
L’histoire de Steinbeck finit mal, comme beaucoup d’histoires dans l’amérique impitoyable des années 1930. Mais les souris tuées par Lennie ne méritaient vraisemblablement pas de mourir, alors que celles qui s’amusent à pénétrer dans notre appart et courir dans notre cuisine le méritent mille fois, qu’est ce qui a changé depuis le roman de Steinbeck ?

Rosario

Vendredi soir, nous sommes allés voir Rosario, film colombien qui n’a d’intérêt que l’exotisme inconscient de son pays d’origine. Bref, sans odeur, ni saveur, défilé d’images et de personnages sans profondeur. A éviter. (note : 2/10)

Blogish (ou le premier ‘post’)

Après le globish, voici le blogish, ou le nouvel art de palabrer dans un étalage indécent et incongru de mots, de morceaux d’intimité et rêves de célébrité. Mais ne méprisons pas trop vite puisqu’on y est, fashion victimes de ce marché aux puces sans limites mais où les bonnes affaires semblent aussi rares que dans la vraie vie. Mais assez de philosophie, laissons la société évoluer paisiblement vers son destin impitoyable et déstructuré.